mardi 15 avril 2008

The Wagah Border ou un 24 décembre pas comme les autres

iles_137cLahore ne se trouve qu'à une trentaine de kilomètres de l'unique point de passage entre le Pakistan et l'Inde - la frontière Wagah-Attari. Tous les soirs, la fermeture de la frontière donne lieu à un spectacle auquel se rendent des milliers de Pakistanais et d'Indiens. C'est alors l'occasion pour eux de se jauger par soldats interposés dans une ambiance au patriotisme consommé.
Petit rappel des faits. La partition entre l'Inde et le Pakistan le 15 août 1947 trouva sa principale pierre d'achoppement au moment du tracé des frontières. En jeu, les régions du Cachemire et du Nord Pakistan, dont les deux parties revendiquent toujours le contrôle. Reste qu'après plusieurs épisodes de guerre, le statu quo adopté aujourd'hui ne parvient à empêcher quelques incidents violents dans ces zones. Une guerre plutôt froide que fraîche: voilà comment se caractérisent les relations indo-pakistanaises.

Du coup, la cérémonie de fermeture qui se déroule chaque jour en fin d'après midi est une occasion de crier son patriotisme et de faire démonstration de sa présence au voisin. Le prosélytisme est de mise: de part et d'autre de la grille, on s'égosille pour hurler son slogan. "Hindustan" et "Jai Hind" du côté indien (Longue vie à l'Inde) - "Pakistan Zindabad" (Longue vie au Pakistan) de l'autre. Des "chauffeurs de salle" encouragent la démonstration de force, agitant les couleurs du pays au nez des voisins et s'improvisant chefs de choeur. La foule suit comme un seul homme. Elle bat des mains, hurle, acclame les parades guerrières de ses soldats qui jouent le jeu avec sérieux: enjambées violentes comme pour mimer des coups de pied, bras arrondis et yeux révulsés, toute la chorégraphie du parfait guerrier est là. Béjart n'aurait pas mieux fait...


Photo_vol_e_mais_remarqu_eLe 24 decembre, nous nous rendons à Wagah pour admirer le spectacle, accompagnés d'Eric, Carla et Emanuele. Arrivés là-bas, les soldats nous indiquent les premiers rangs réservés aux visiteurs étrangers. Décidément, même après avoir traversé tout le Pakistan, ce traitement de faveur continue à nous surprendre. On s'installe confortablement sur des airs de musique bollywoodienne diffusés à pleins décibels avec un refrain récurrent: "Pakistaaaanne". On finit par fredonner avec les haut parleurs, la musique est prenante! De part et d'autre de la grille: les mêmes sarees colorés. Une seule différence: du côté pakistanais, les femmes occupent des gradins séparés de ceux des hommes. Elles sont aussi plus couvertes. De l'autre côté, des petits drapeaux indiens s'agitent. La cérémonie durera plus d'une heure: de la confrontation avec force cris de guerre, à la descente des couleurs, et jusqu'à la fermeture des grilles - qui sont claquées et non délicatement ramenées, vous l'observerez. Je ne saurais décrire les étapes mieux que les quelques vidéos qui suivent.


   

   

Mais que les lecteurs se rassurent, la synchronisation de la chorégraphie entre les deux voisins ne trompe personne. Loin des tensions politiques qui agitent leurs gouvernements respectifs, les soldats des deux parties se sont indéniablement accordés à merveille pour mettre en scène leur opposition. En témoigne, une scène volée avant la cérémonie: soldats Pakistanais et Indiens s'offrent un brin de causette dans le no man's land.

NB: Veuillez encore me pardonner la qualité de l'image, mais mon appareil et moi traversions à ce moment là une crise relationnelle. Mon Sony n'en faisait qu'à sa tête, nous nous sommes disputés et pour finir, il n'était plus très docile lorsqu'il a fallu tourner les scènes.
Par ailleurs, j'ai volontairement publié les vidéos en mini format pour une harmonie de la mise en page. Pour les visualiser normalement, il vous suffit de cliquer sur le rectangle avec la flèche pointant vers le haut dans la barre de navigation Dailymotion et la vidéo s'affichera dans un format plus commode. 


Edit:
L'album photo de Lahore est en ligne ainsi que celui de la Wagah Border!

Posté par TKatia à 15:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur The Wagah Border ou un 24 décembre pas comme les autres

Nouveau commentaire