jeudi 27 mars 2008

Toute règle a ses exceptions

DSC04335J'ai déjà évoqué Malik, le propriétaire du guesthouse dans lequel nous avions trouvé refuge à Lahore. En une dizaine d'années, le Regale Internet Inn est devenu une veritable institution. Si chambres et dortoirs presentent un confort rudimentaire, tout le reste est parfaitement organisé et joliment dressé: espace salon/TV et cuisine sur la terrasse, bibliothèque, machine à laver rigolote mais gratuite (à la différence de nombreux guesthouses dont le UB Guesthouse cité ci-après), quotidien en anglais à disposition chaque matin, eau filtrée gratuite, quelques ordinateurs avec Internet... 

Mais au Regale Inn, on vient surtout pour l'atmosphere bohème et les soirees éthérées que continue d'organiser Malik malgré l'affluence. Je dis bien, malgré l'affluence, car nombreux sont les hotels ou guesthouses qui, une fois cités dans les guides touristiques, se sentent assurés de recevoir un flux constant de visiteurs et cessent de faire des efforts. En effet, à quoi bon s'ennuyer puisque, quoique l'on fasse, le monde ne cesse de venir. Je crois que le guesthouse qui illustre le mieux cette triste vérité serait le UB Guesthouse d'Ulaan Baator en Mongolie. Depuis que ce guesthouse a été cité dans le Lonely Planet et The New York Times, le lieu a pris des allures d'usine où le touriste est traité à la chaîne comme du bétail. Kim, le gérant Coréen, considère chaque visiteur comme une mine d'or à exploiter. Et si tu ne prends pas part à un des tours qu'il organise, gare à toi, c'en est fini de toi, tu n'es plus rien. On cherchera même à abréger ton séjour dans les lieux...

          Malik_avant_notre_d_part

Tout cela pour dire que Malik, n'a eu de cesse, malgré son succès, à vouloir emmener ses hôtes, un pas plus loin dans la découverte du Pakistan. Ainsi, tous les jeudi, il conduit tout son petit monde découvrir le soufisme. Et quand vient le moment de célébrer la fête de l'Eid, le 21 décembre, il nous convie à partager son repas. Un tapis est étendu sur la terrasse, les plats sont disposés et assis en cercle autour, nous célébrons gaiement l'événement. Cette scène se répète au même moment dans presque tous les foyers du Pakistan et nous sommes heureux de prendre part, nous aussi, à cette liesse nationale. Plus tard dans la soirée, Sain Mohammad Ali - musicien soufi - viendra avec son groupe pour un long concert. Entraîné par le rythme, le monde se met à danser: Carla et Emanuele - un couple italien arrivé d'Iran, Anthony - un baroudeur Australien haut en couleur, un Slovaque, un autre jeune Australien. Nous faisons aussi la connaissance d'Eric, un Lyonnais avec lequel nous sympatiserons et partagerons quelques semaines de voyage. Son voyage de Lyon à Madras le conduit à travers la Turquie, l'Iran, le Pakistan. C'est un fou de voyage qui a aménagé son existence en fonction de sa passion. Quelques heures plus tard, la soirée prend fin, mais les souvenirs se bousculent déjà...

          Concert_Sain_Mohammad_Ali   

Posté par TKatia à 16:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Toute règle a ses exceptions

    Quelle joie de revivre ces moments inoubliables
    te souviens tu du prénom du voyageur turc à gauche de Malick ?

    Posté par Eric, vendredi 28 mars 2008 à 01:02 | | Répondre
  • @ Eric

    J'aimerais aussi retrouver son nom. Je crois qu'il s'appelait Leonard...
    Il était adorable!

    Posté par Vladicath, vendredi 28 mars 2008 à 11:56 | | Répondre
Nouveau commentaire